Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lulu et Berlu

Héhé !!

Infos

Il y a actuellement    personne(s)
qui aime(nt) Lulu et Berlu


4 mai 2008 7 04 /05 /mai /2008 10:43

Sur le site FNAC, un large choix de DVD à des prix Luluberlesques!!


Bob Harris, star de cinéma sur le déclin (Bill Murray) débarque à Tokyo pour y tourner un spot publicitaire. Dans l'hôtel international où il est descendu, il traîne son spleen au bar, déboussolé par le choc des cultures et les effets du décalage horaire. Il y rencontre Charlotte (Scarlett Johansson), une jeune Américaine délaissée par son mari photographe et aussi désorientée que lui…

Après avoir livré en 1999 un premier film quasi miraculeux ("The Virgin Suicides"), Sofia Coppola était plus que jamais attendue au tournant pour l'étape déterminante du second long métrage. Les oiseaux de mauvais augure en ont été pour leur frais, "Lost In Translation" se révèle en effet aussi réussi, sinon plus, que le précédent. La jeune cinéaste filme avec une subtilité et une grâce déconcertantes la rencontre improbable d'un quinquagénaire désenchanté et d'une jeune femme, dans un Tokyo tantôt ultra-moderne et aseptisé, tantôt hystérique et clinquant. Les dialogues pertinents, la mise en scène élégante et la photo esthétisante servent deux comédiens exceptionnels : Bill Murray, incroyablement juste et drôle, et la surdouée Scarlett Johansson, qui n'a jamais été aussi belle. Le film a reçu l'Oscar du meilleur scénario en 2004. Il méritait indubitablement bien plus.



Marco (Dario Grandinetti), journaliste désenchanté, a juste eu le temps de tomber amoureux de la célèbre torero Lydia (Rosario Flores) avant que celle-ci, grièvement blessée lors d’une corrida, ne tombe dans un profond coma. A la clinique, où il vient veiller la belle endormie, Marco rencontre Benigno (Javier Camara), un jeune infirmier qui , lui aussi, est au chevet d’une jeune femme dans le coma : une danseuse, Alicia (Leonor Watling)…

Après trois années d’absence, le cinéaste acclamé de Tout sur ma mère, pour lequel il avait obtenu l’Oscar du Meilleur film étranger à Hollywood, l’Espagnol Pedro Almodovar réapparaissait en 2002 avec un film d’une sobriété et d’une gravité inattendues. Loin du clinquant et du folklore de Femmes au bord de la crise de nerfs, Parle avec elle n’est cependant pas un trait tiré sur l’Almodovarisme des années 80. Ce film beau et grave témoigne de l’évolution naturelle d’un cinéaste qui a atteint la cinquantaine, la maturité, et dont l’univers ne cesse de s’enrichir. Une fois n’est pas coutume, Pedro Almodovar fait parler les hommes. Mais le mutisme des deux femmes plongées dans le silence ne les rend que plus fascinantes encore. Magnifiquement filmé et astucieusement mis en scène, ce mélodrame aux tendances morbides, mais incroyablement émouvant, parle d’amour et de mort, de passion et de folie. Du grand Almodovar !


et bien d'autres...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lulu & Berlu - dans Bons Plans
commenter cet article

commentaires